Les enseignements de la PNL et du père Gogo – Partie 2

On a toujours le choix

On a toujours le choix, on est même la somme de ses choix (Joseph O’Connor)

Comme je le disais dans mon précédent billet, une récente conversation avec mon vieux copain Gogo au sujet de la PNL – la programmation neuro-linguistique – m’a inspirée ces deux billets.

Il m’en rappelait deux des enseignements principaux pour lui :

  1. Plutôt que d’imaginer ce que pense quelqu’un, demande lui ce qu’il pense – tout en n’étant pas naïf sur le fait qu’il ne te dira pas nécessairement la vérité (cf le sujet de la semaine dernière pour savoir qui va finir le dessert :))
  2. ET Tu peux toujours choisir (d’être heureux, de dire merci etc)… et ça, c’est mon sujet du jour car cela va totalement dans le sens d’une information passionnante lue récemment, que je voulais partager avec vous.

On a toujours le choix, on est même la somme de ses choix

Joseph O’Connor

Faire le choix du bonheur

Dans la grande mouvance de la psychologie positive – qui ne préconise en rien je le rappelle de voir tout en rose bonbon – des études ont montré que dans notre capacité à éprouver du bonheur :

  • 50 % dépendent de prédispositions génétiques ;
  • 10 % des conditions extérieures (lieu de vie, activité, entourage, état de santé…) ;
  • 40 % de l’interprétation que nous faisons des situations que nous vivons !

Wow, je ne vais pas mentir, ça m’en a bouché un coin !!! Car oui, 50% de génétique cela peut paraître lourd. Mais ce que je retiens surtout, c’est que :

  • les circonstances – que nous avons naturellement tendance à rendre responsables de notre malheur, de nos frustrations, de nos blocages etc – représentent globalement peanuts. 10%, on ne peut pas dire qu’on joue dans la cour des grands!!!
  • et surtout, il nous reste 40% sur lesquels on peut se concentrer pour faire changer les choses.

Cela nous laisse quand même un sacré champ d’action, vous ne trouvez pas ? La bonne nouvelle, c’est donc que nous pouvons changer nos perceptions des choses ET influencer ainsi notre aptitude au bonheur.

Yallahhhhh, elle ne s’annonce pas en beauté cette rentrée ?

Pour aller plus loin: épigénétique etc

Pour aller un peu plus loin, n’hésitez pas à relire mon billet sur Bruce Lipton – le pape de l’épigénétique et de la biologie des croyances, qui renvoie à sa passionnante interview par Anne Ghesquière dans le podcast Métamorphose.

Sur ce, je vous souhaite une Wanderfull semaine remplie de bons choix et de belles interprétations et je laisse le mot de la fin à Nelson (pas celui de la télé) :

Dans la vie, on a toujours le choix : aimer ou détester, assumer ou fuir, avouer ou mentir, être soi-même ou faire semblant

Nelson Mandela

PS: Et pour en revenir à mon ami Gogo, qui m’a inspiré ces deux sujets, il est l’illustration bien vivante du fait que nous avons la main sur notre perception des circonstances. Il est doté d’une énergie de vie positive qu’il est difficile d’ébranler. J’ai rarement vu quelqu’un d’humeur à ce point égale et goûtant toutes les expériences que la vie lui apporte, en se concentrant résolument sur ce qu’elles lui apportent de bon. Y compris quand c’est un accident grave qui lui vaut de longs mois d’hôpital et de rééducation pénibles. Respect, mon Gogo !

Raphaelle

2 commentaires

N'hésite pas à laisser un commentaire (surtout s'il est sympa), donner ton avis, partager tes infos etc