Eloge du choix et de la responsabilité – Podcast Brené Brown & Edith Eger

Éloge de la vulnérabilité

Je n’en reviens pas : en une année de My Weekly Wander, j’ai trouvé le moyen de ne jamais vous parler de Brené Brown, que j’ai découverte grâce à ma chère amie Céline avec qui j’ai partagé près de trois années d’aventures professionnelles et personnelles en Zambie !!! Quel oubli regrettable que je me dois de réparer immédiatement.

Chercheuse américaine, Brené Brown étudie depuis plusieurs décennies le courage, la vulnérabilité, l’empathie et la honte notamment. Heureusement pour le quidam lambda, elle a aussi à coeur de partager les résultats de ses études et découvertes au travers de conférences et de livres – que je qualifierais de majeurs – tels que Le pouvoir de la vulnérabilité, La grâce de l’imperfection ou encore Dare To Lead pour celles et ceux qui veulent prendre une bonne dose d’inspiration en terme de management.

Elle est également derrière le podcast Unlocking Us, que je vous recommande chaleureusement si vous parlez anglais, dans lequel elle partage ses réflexions ou interviewe des personnalités incroyables.

Pour bien commencer

Si j’ai éveillé votre intérêt, vous pouvez commencer par son TED Talk sur le pouvoir de la vulnérabilité (sous-titrages en français), déjà vu plus de 54 millions de fois à ce jour !

Ou regarder sa session passionnante “Anatomie de la confiance” où, en partant d’une anecdote arrivée à sa fille à l’école, elle dissèque l’origine de la confiance humaine et partage des conclusions aussi simples qu’édifiantes !

Brené Brown interviewe le Dr Edith Eger

Mais j’avais surtout envie de vous partager aujourd’hui une magnifique interview que Brené Brown a faite avec Dr Edith Eger, une femme pétillante de 93 ans survivante d’Auschwitz, aussi profonde que rigolote.

Psychologue et auteure de The Choice et The Gift, le Dr. Eger a passé sa carrière à étudier les traumas, la colère, la résilience et notre pouvoir en tant qu’être humain de choisir comment nous voulons nous voir nous-mêmes et de résister aux étiquettes que les autres posent sur nous.

Passager ou conducteur ?

Elle explique notamment qu’elle pose souvent à ses clients la question suivante : « Veux-tu être un enfant qui est assis à l’arrière de la voiture et rouspète tout le temps sur la direction dans laquelle on va, qui fait ce qu’il veut sans se raisonner ou se limiter et qui blâme les autres tout le temps ? Ou veux-tu être l’adulte au volant, qui conduit, qui décide où il va ? Veux-tu être celui qui sera conduit ou celui qui conduit ? ».

Comme le dit très bien Brené Brown, nous restons parfois à l’arrière de la voiture car nous rejetons la responsabilité d’être le conducteur, mais c’est une épée à double tranchant qui peut mener à la colère, parce que nous sommes dirigés justement.

Bref, conducteur ou passager, je ne peux que vous inciter à sauter dans la voiture entre ses deux femmes, pour profiter de leur conversation à la fois légère et profonde !!!! Un vrai bain de jouvence avec une femme âgée qui n’a rien perdu de sa jeunesse et de son esprit…

À noter toutefois : le podcast est en anglais et le Dr Eger est dotée d’un accent prononcé des pays de l’Est dont elle se moque d’ailleurs avec beaucoup d’humour.

Caisse de résonance

Voici pêle-mêle quelques notes gribouillées lorsque j’écoutais l’interview. Je ne promets pas une retranscription mot pour mot, mais l’idée est là :

  • Growing up is much more fun than being a child. I like the idea of being childlike at 93 years old but not childish. The idea of being not smart but wise.
  • Prejudice = to pre-judge.
  • You and I, we invite people to reclaim their true self. I am not a victim, I was victimised! That’s’ not who I am, that’s not my identity, that’s what was done to me.
  • The foundation of freedom is the power to choose! The worst prison is the one I built for myself, not the one the nazis put me in. Many of us experienced feeling trapped in our minds. Our thoughts and believes often determine how we feel and limit what we think is possible. While our imprisoning believes show up and play out in unique ways, there are some common mental prisons that contribute to suffering. This book is a practical guide to help us identifying our mental prisons.
  • I learned the difference between negative and positive freedom in 1945 on liberation day, when most people able to leave camp were not actually physically or mentally able to recognise their freedom. So they started leaving camp before coming back and sitting on the grass or the floor next to the barracks. We had been freed from the nazis but we weren’t yet free. Freedom is scary. Freedom without responsibility is anarchy. (This story is shared with Victor Frenkel (her mentor) that witnessed the same as her, but in Auschwitz).
  • Children have to be part of the decision process, so that you are authoritative but not authoritarian (which is not democracy). You don’t say « because I said so » as parent !
  • Don’t allow people to label you : you are no more or no less than a human being ! As a human being, you have the choice from the labels people put up on you !
  • If you have something to prove, you are still a prisoner ! Give up the need of someone else’s approval, otherwise you are hostage or prisoner. That includes living “in reaction to someone” your whole life – eg trying to be this or that BECAUSE you don’t want to be like – your dad your mum etc – still makes you a prisoner.
  • React or respond is the difference.
  • I chose in the morning how I am gonna feel at night. And at night, I feel satisfied.
  • How do I want to be remembered ?
  • “I am willing” is one of my favorite word. I am willing to risk !
  • It is OK to FEEL feelings rather than TALK about feelings or medicate feelings and say to yourself “I don’t like it, it is inconvenient but it is temporary”
  • Give me the « but » and I give you a « and »… Everything is temporary
  • If you are not able to be vulnerable, you are not going to have intimacy.
  • When I am angry at someone, I give away my power to this person. So it’s very important to decide how long you are going to hold on to the anger. While I am angry at you, you don’t suffer, I do. But I have the power to not care anymore. It’s ok to be angry… but for how long ? Always look at the pain behind the anger.
  • How do you spell love ? Love is a four letter word : time. That’s the biggest gift I can give you.
  • The opposite of depression is expression. Because what comes out of our body doesn’t make us sick, what doesn’t come out does !
  • Self love is self care, not narcissism, because narcissistic people don’t like themselves. It is actually full of shame or you have something you don’t have or something you have you don’t want to have !
  • Look at life from inside out and don’t wait from someone to make you happy !

Sur ce, je vous souhaite une Wanderfull semaine, de préférence à la place du conducteur, surtout si vous êtes sur la route des vacances,

Raphaelle

N'hésite pas à laisser un commentaire (surtout s'il est sympa), donner ton avis, partager tes infos etc