Bigger Than Us, le film

Des mérites de l’écologie personnelle…

Mea culpa ! J’ai une journée de retard dans l’envoi de mon billet hebdo et m’en excuse sincèrement auprès de ceux qui l’auraient remarqué (if any :)).

En temps normal, j’aurais pris 3 heures lundi soir après avoir couché les schtroumpfs pour rédiger et publier l’article qui me titillait et l’envoyer dans les temps… MAIS (et c’est un grand “mais”) j’apprends la bienveillance et l’écologie personnelle, alors j’ai décidé que 3 heures de sommeil supplémentaires étaient bien plus importantes que de remplir un contrat moral que je n’ai signé finalement qu’avec moi-même… celui de vous envoyer un billet le même jour de la semaine à 9h.

Et surtout, ce billet je n’avais pas envie de le faire à la va-vite, car il concerne une personne et un projet qui me tiennent beaucoup à coeur.

…aux mérites de l’écologie tout court

Après cette introduction, place aux faits !!! Aujourd’hui, je veux vous parler de “Bigger than Us”, le long métrage documentaire réalisé par ma chère amie (et ex-boss) Flore Vasseur, sélectionné au Festival de Cannes cette année.

Tourné dans 8 pays, il suit les traces de Melati Wijsen, une jeune activiste indonésienne de 18 ans (au début du tournage). Depuis l’âge de 12 ans, elle milite contre les sacs plastique qui polluent son île, Bali. À force de détermination, elle parvient en 2019 à y faire interdire le plastique à usage unique.

If not us, then who? If not now, then when?

Depuis, elle n’arrête plus et fait partie des centaines de jeunes adultes à travers le monde qui luttent contre les dérèglements climatiques, pour les droits des femmes, des migrants, l’accès à l’éducation et à la nourriture…

Dans Bigger than Us , Melati part à la rencontre de sa “tribu”, d’autres acteurs de changement tels que Winnie, Mary, Memory, Mohamad, Rene et Xiuhtezcatl.

“Bigger Than Us” n’est pas un film sur les solutions, mais sur la résistance et la dignité. Sur ce qu’affronter notre impuissance et nos peurs signifie. Et sur ce que l’on ressent quand on les dépasse. C’est un film sur la joie et la rage de vivre”.

Flore Vasseur, réalisatrice.

Welcome to Malawi

J’ai eu la chance de participer au film à ma petite échelle, lors du tournage au Malawi il y a deux ans, où Melati rencontrait Memory Banda qui milite contre le mariage forcé des jeunes filles !

Quand Flore m’a dit qu’un des tournages allait se faire au Malawi – littéralement à quelques heures de voiture de chez moi – ni une ni deux j’ai demandé si je pouvais aider d’une manière ou d’une autre. Et hop, me voilà en charge de la régie du film au Malawi !!!

Gérant cela le soir après le boulot et me régalant en découvrant un nouveau métier qui m’allait comme un gant, avec l’aide de Dorothée – de l’équipe en France – et de contacts locaux que j’avais trouvé pour obtenir les autorisations de tournage, organiser la logistique…

Ces 10 jours ont été intenses, fous et mémorables – comme tout ce à quoi Flore touche 🙂 20 idées à la minute, 200 changements de programme par jour… le tout dans la bonne humeur, avec une équipe de tournage formidable et soudée.

Militantisme, bienveillance, résilience

Au fait, pour un peu de contexte, j’ai rencontré Flore à New York en 2001 : j’étais alors sa stagiaire chez Trendspotting, une boîte qu’elle avait monté en sortant d’école de commerce en claquant son PEL.

Du haut de ses 23 ans et de sa taille riquiqui, elle envoyait du bois et tutoyais les patrons du CAC 40 comme si elle avait fait des pâtés de sable avec eux toute sa vie !!! Elle avait déjà une tête joliment bien faite et une plume méga acérée, alors même que l’on ne parlait que de tendances de distribution innovantes, pas de changer le monde !!!

Ensemble, le 11 septembre 2001, nous avons regardé s’effondrer avec stupeur les tours jumelles où nos bureaux étaient hébergés encore quelques mois plus tôt. Cela a été un point de bascule pour toutes les deux, mais clairement le point de démarrage de tout ce qui a suivi pour elle.

Devenue journaliste et auteure, elle a transformé ses questions et sa colère suite à cet événement dans un premier roman salué par la critique, Une Fille dans la Ville, qui relate dans un rythme effréné son expérience new yorkaise entre autres (j’y suis d’ailleurs un mini personnage, a vous de le trouver haha). Elle a par la suite publié plusieurs romans que je vous recommande grandement puis commencé de fil en aiguille à réaliser des films documentaires, pour ARTE notamment.

Avec ses allures de pétroleuse, Flore est solaire, touche à tout, singulière, engagée, militante, spontanée et a un coeur grand comme ça à peine dissimulé derrière sa verve. Ses idées, ses paroles et ses écrits ne plaisent pas à tout le monde. Et des claques et des critiques, elle s’en est pris, croyez-moi! Mais elle est “habitée” littéralement et a toujours réussi à se redresser sur ses jambes de snowboardeuse pour reprendre la route et continuer sa mission.

De la savane… à Cannes !!! Bigger than Us, le film

Bref, ça vous paraîtra peut-être un peu “too much”, mais du fond de ma savane, j’ai littéralement explosé intérieurement de fierté samedi soir en la voyant sur le tapis rouge aux côtés de Marion Cotillard (productrice du film), lumineuse et rayonnante.

Toute la nuit et la journée qui ont suivi, je me suis surprise avec un sourire béat aux lèvres, remplie de joie en pensant à ce qu’elle était entrain de vivre et avec l’envie de crier à qui voulait l’entendre “Ne laisse surtout personne t’enlever une seule miette de ce succès, car tu l’as tellement mérité”.

Car du début à la fin, ce projet n’a évidemment pas été un long fleuve tranquille. J’ai vu une partie des doutes, des désillusions, des difficultés du démarrage (pas facile notamment de produire un film quand un réalisateur plus connu porte un projet similaire initié plus tôt) à celles rencontrées par la suite.

Sans la légendaire ténacité de Flore, sa capacité à porter ses idées fortes jusqu’au bout et son talent pour faire des rencontres formidables grâce à l’étincelle unique qu’elle porte en elle, ce film n’aurait probablement jamais vu le jour.

Alors voilà, je suis tellement, mais alors TELLEMENT fière et admirative de ma copine, qui illustre tellement bien que tout est possible à ceux qui veulent bien avoir l’audace d’y croire !!! Autant vous dire que les éléphants et les impalas n’en avaient rien à cogner, alors c’est à vous que je le crie 🙂

Sur ce, je vous souhaite une Wanderfull semaine pleine de glamour et de décolletés, sans vous prendre les pieds dans le tapis – rouge ou pas ! Et je vous invite à noter dans vos carnets de bal la date du 22 septembre, où le film sera en salles.

Réalisé par Flore Vasseur, “Bigger Than Us” est produit par Marion Cotillard et Denis Carot et sera en salles le 22 septembre 2021.

N'hésite pas à laisser un commentaire (surtout s'il est sympa), donner ton avis, partager tes infos etc