La 5e symphonie de Beethoven en body tap

Transformer les pépins en pépites

Le COVID aura certainement eu au moins un effet positif : susciter la créativité à des endroits ou de manières auxquelles on ne s’attend pas.

Après les danseurs de l’Opéra de Paris qui nous avaient donné le frisson en direct de leurs cuisines ou salles de bain lors du premier confinement (voir mon billet L’insoutenable légèreté de l’être), comment ne pas saluer cette audacieuse “reprise” de la 5e symphonie de Beethoven en percussion corporelle par les élèves d’un collège privé des Pyrénées-Atlantiques ?

Privés de chant à cause du masque – ou plus exactement contraints de chanter masqués en raison des mesures sanitaires – ces jeunes choristes ont donc revu leur organisation. Et décidé d’interpréter l’une des plus belles symphonies de Beethoven en body tap… c’est-à-dire sans voix ni instrument, mais seulement avec leur corps.

Beethoven en body tap

Dans cette vidéo filmée à la villa Arnaga, construite au XXe siècle par Edmond Rostand, on découvre les 185 choristes reprendre en body tap cet hymne fort mythique – et toujours aussi vibrant – de Mr Ludwig van B. L’idée : utiliser leurs mains et leurs pieds comme seules percussions.

Original et rafraîchissant. Et au passage, j’ai appris un nouveau mot (“body tap”) et découvert une citation bien chouette :

En croyant à des fleurs, souvent on les fait naître

Edmond Rostand

Sur ce, je vous souhaite une Wanderfull semaine pleine de percussions, plus forte en “body” qu’en “tap” tant qu’à faire 🙂

Raphaelle

N'hésite pas à laisser un commentaire (surtout s'il est sympa), donner ton avis, partager tes infos etc