Un Lion dans Mon Jardin

Lion au Parc National de South Luangwa - Safari en Zambie

Le match France – Zambie

De temps à autres, j’ai tendance à oublier que vivre dans la savane africaine, à deux pas d’un des plus beaux parcs de safari au monde, a tout de même une saveur bien particulière.

Surtout quand cela fait six mois que je suis en France pour cause de grossesse et de Covid. À me glisser de nouveau dans les chaussons d’une vie “normale”, où la fréquentation du supermarché le dispute à celle du square pour enfants. Où en matière de faune, l’observation des mouettes le dispute à celle des moules sur leurs bouchots. Et où l’une des préoccupations du moment est de savoir si l’on aura bientôt une antenne 5G à proximité, là où je me demande normalement en Afrique si les cieux sont assez cléments aujourd’hui pour me permettre de capter Internet en Edge, voire en 3G si j’ai vraiment du bol… 

Quand le Roi Lion s’invite chez toi

Du coup, quand ma collègue Jen m’annonce négligemment sur Whatsapp qu’un lion était dans notre jardin la veille – sa maison étant située à 50 mètres de la mienne – je me rappelle que tout cela n’est tout de même pas tout à fait ordinaire. Et que cette vie-là est vraiment chouette et me manque ! 

Même lorsqu’elle précise qu’il s’agit d’un lion mangeur d’hommes, qui a déjà une victime et un blessé à son actif en quelques jours.

Je vous rassure tout de suite, un lion qui s’attaque aux humains est un fait rarissime et il s’agit probablement d’un vieux mâle expulsé de sa tribu qui n’a guère plus d’autres options que de chasser plus loin du parc et plus près des hommes… avec les “ratés” que cela peut impliquer.

Un dîner presque parfait

 Dans la série “anecdotes de la savane”, cela me rappelle mon tout premier dîner à Mfuwe, où en repartant de la maison de ceux qui m’avaient invité alors qu’il faisait nuit noire, j’ai été surprise d’entendre une cacophonie de singes…

Il s’agissait en fait de cris d’alarme, qui leur permettent de s’alerter entre eux de la présence d’une menace… en l’occurence, un groupe de lionnes que je n’ai pas tardé à attraper dans les phares de ma voiture au tournant suivant. 

Buffalo Soldier

Ou encore, lors de ma première année chez Tribal Textiles, ce matin où ma boss m’avait appelée sur le chemin du bureau pour me demander un service, car elle ne serait pas sur place avant une heure.

Le “petit problème” qu’il s’agissait de gérer s’avérait être un maousse buffle blessé qui avait ce jour-là réussi on ne sait comment à entrer sur le terrain fermé d’un enclos où se trouvent nos bureaux et ateliers. Il s’agissait donc de sécuriser le périmètre pour qu’aucun de nos employés ne soit blessé par l’animal effrayé et épuisé qui chargeait à tout va, en attendant les “scouts” armés du parc qui viendraient l’endormir avant de le déplacer.  

Finalement, la bête avait réussi à s’échapper sous les huées de tous les habitants alentours qui scandaient “viande, viande” (en langue locale), s’imaginant probablement déjà se répartir les restes du butin… 

Assez loin des problèmes de bureau du type photocopieuse ou machine à café à réparer du monde occidental, vous en conviendrez 🙂  

Safari en images

Bref, ce matin je suis nostalogique de l’Afrique et réalise à quel point notre vie en Zambie me manque. Même si je mesure aussi à quel point certains aspects de la vie en France me manquent quand je suis là-bas, à commencer par les gens qui comptent pour moi et la vie culturelle (il va sans dire que le fromage et le bon vin figurent également assez haut dans la liste). 

Du coup, je vous propose un petit shoot de savane avec la toute première vidéo que j’avais faite sur la vie animale dans le parc de South Luangwa.

Sur ce, je vous souhaite une Wanderfull semaine pleine de rugissements.   

Raphaelle

N'hésite pas à laisser un commentaire (surtout s'il est sympa), donner ton avis, partager tes infos etc